1/1

La participation aux messes dominicales célébrées dans cette église

  •     est soumise au respect des consignes sanitaires ici

dimanche 4 octobre 2020

Saint François d'Assise

année A

VOEUX

 

    La solennité de saint François d’Assise marque habituellement notre rentrée pastorale. Nous la vivons cette année dans les conditions particulières que chacun connaît. En ce début d’année, on a coutume de s’adresser des voeux.

Que pouvons-nous nous souhaiter, à chacun et en communauté ?

    J’ai envie de dire, tout d’abord et avant tout, la santé. La vie est fragile. Nous en faisons parfois l’expérience devant la mort d’un proche : « On est vraiment peu de chose » avons-nous coutume de dire alors. La santé - la vie - c’est le plus important que nous puissions nous souhaiter. Le Christ Jésus lui-même n’y a-t-il pas accordé une importance particulière, Lui qui « parcourait toutes les villes et tous les villages, (…) guérissant toute maladie et toute infirmité » (Mt 9, 35) ? Dans les circonstances que nous traversons, cela signifie également respecter les - pénibles - mesures pour limiter la propagation du virus, y compris dans notre église qui s’y prête si mal ! Il ne s’agit pas de se protéger des autres, mais au contraire de prendre soin d'eux. Tout ceci est en cohérence avec l’Evangile que nous avons pour mission de vivre et d’annoncer. Saint Paul écrit : « Que chacun de vous ne soit pas préoccupé de ses propres intérêts ; pensez aussi à ceux des autres. » (Ph 2, 4), et dans la Lettre aux Romains : « Aucun d’entre nous ne vit pour soi-même » (14, 7). Ainsi, que la tonalité particulière de cette fête de saint François cette année nous engage à davantage de solidarité entre nous et à l’égard de tous ceux qu’il nous est donné de rencontrer.  Notre attention portée aux autres, le soin que nous pouvons prendre à l’égard de tous, deviennent alors témoignage de l’Evangile que saint François a vécu jusqu’au bout.

P. Didier Duverne

                                    Curé 

Seigneur Jésus,

tu connais mon désir de te recevoir. Viens à moi dans le sacrement de ton Église tout entière et puisque rien n’est impossible à Dieu, apaise ma faim et donne-moi de te recevoir dans la rencontre du frère
Amen !

La participation aux messes dominicales célébrées dans cette église

  •     est soumise au respect des consignes sanitaires ici

engagez-vous
avec
hiver solidaire
 

aller à :       dimanche 22 novembre 2020

Notre Seigneur Jésus-Christ Roi de l'Univers

année A

Jusqu’à nouvel ordre, 

l’église est ouverte pour la prière personnelle

du mardi au samedi de 11h30 à 18h, sauf les jours fériés. 

Pour des raisons sanitaires, l’accueil est fermé.

 

La messe est célébrée chaque jour, du mardi au dimanche à 11h, sans assemblée et retransmise en direct.

Chers amis,

 

     A l’initiative du Conseil Pastoral, nous allons vivre une nuit de prière du samedi 5 au dimanche 6 décembre.

Il s’agira pour nous d’entrer en Avent avec la Vierge Marie, à l’écoute des Pères de l’Église.

Comme nous en avons l’habitude chaque heure de la nuit (de 21h à 8h) sera rythmée par une lecture et un moment musical.

     Nous vivrons cette nuit à distance (sur ce site), mais peut-être également dans notre église. Cela dépend d’une part des consignes sanitaires comme vous pouvez l’imaginer, mais davantage encore de notre disponibilité. Chacun comprend en effet qu’il faut que notre église soit habitée à chaque heure de la nuit. C’est pourquoi vous trouverez plus bas un lien avec un « Doodle » qui vous permettra de vous inscrire à cette nuit de prière.

Merci de répondre le plus rapidement possible, en vous inscrivant de manière sûre et nominative, sachant que les veilles entre 2h et 5h sont les plus difficiles à peupler…

     Réjouissons-nous ensemble de cette prochaine communion dans la prière au long des veilles de la nuit.

 

Bien amicalement,

 

Père Duverne

 

 https://doodle.com/poll/n8giebbqba8zwfap?utm_source=poll&utm_medium=link

dimanche 22 novembre 2020

Notre Seigneur Jésus-Christ Roi de l'Univers

année A

Chers paroissiens et paroissiennes, 

 

    La fête du Christ-Roi est une fête qui résume en elle toute l’histoire du salut accomplie par notre Seigneur à travers le mystère pascal, c’est-à-dire sa mort et sa résurrection. L’écriteau placé sur la croix, écrit d’une façon ironique par Pilate en hébreu, en latin et en grec : ‘Jésus le Nazôréen, le roi des Juifs’ (Jn 19,19), montre, à travers l’ironie de l’homme, l’aspect historique, universel et éternel d’un Dieu-Roi qui se donne pour sa création jusqu’à la mort. Cette royauté, contrairement à la royauté humaine, se révèle comme une folie pour les Juifs et les Grecs : une royauté plus sage et plus forte que la royauté des hommes (1 Co 1, 24-25). 

    Dans le texte de saint Paul que nous contemplons ensemble ce dimanche, nous retrouvons ce lien intrinsèque et fondamental entre la royauté et le salut, entre la royauté et le mystère pascal. L’œuvre du Christ est présentée par l’apôtre comme un double mouvement : un anéantissement de la mort (du mal) et un achèvement de la vie (du bien), afin de remettre le pouvoir royal au Père (1 Co 15,24). Autrement dit, l’anéantissement de la mort et l’achèvement de la vie annoncent, à travers la résurrection qui est le sujet central du chapitre 15 de cette épître paulinienne, la fin et l’aboutissement de l’œuvre royale du Christ Sauveur : quand Dieu le Père, le Roi universel, sera tout en tous. (1 Co 15, 28).      

    Cette œuvre royale du salut de Dieu se révèle, par ailleurs, comme un appel adressé aux hommes afin qu’ils participent à la royauté salvatrice et au salut royal accomplis une fois pour toutes par Jésus-Christ. Cette participation à la royauté et au salut se concrétise à travers la charité et la communion fraternelle, comme nous le prouve le texte de l’évangile selon saint Matthieu ‘Le Jugement dernier’ (Mt 25, 31-46) qui a inspiré tant de théologiens, de mystiques, d’artistes au fil des siècles. Le critère capital de la royauté du Christ et de notre participation à cette royauté est la communion fraternelle : ‘Venez, les bénis de mon Père, recevez en héritage le Royaume qui vous a été préparé depuis la fondation du monde. Car j’ai eu faim et vous m’avez donné à manger, j’ai eu soif et vous m’avez donné à boire, j’étais un étranger et vous m’avez accueilli… ’ (Mt 25, 34 ss). 

    Pendant ce confinement imposé à cause de la pandémie, n’est-il pas urgent de repenser et revivre pleinement et sainement la communion avec Dieu à travers le prochain (le malade, l’étranger, le pauvre…) ? N’est-il pas vital pour notre salut de participer à la royauté universelle du Christ-Roi en anéantissant en nous la peur, l’angoisse et la mort, et en achevant en nous, avec et par le Christ, l’espérance, la communion et la vie ? Enfin, confions-nous au Christ-Roi qui récapitule tout en lui, selon le terme de saint Paul et de saint Irénée, afin de transformer notre fragilité humaine en une royauté divine, et notre condition humaine en une gloire divine !   

 

Père Charbel Maalouf      

Prière dite chaque matin par le pape François

A tes pieds, ô mon Jésus, je m'incline et je t'offre le repentir de mon coeur contrit qui s'abîme dans son néant et Ta sainte présence. Je t'adore dans le Saint Sacrement de ton amour, désireux de te recevoir dans la pauvre demeure que mon coeur t'offre. En attente du bonheur de la communion sacramentelle, je veux te posséder en esprit. Viens à moi, ô mon Jésus, pour la vie et pour la mort. Que ton amour enflamme tout mon être, pour la vie et la mort. Je crois en toi, j'espère en toi, je t'aime.

Ainsi soit-il.

Seigneur Jésus,

tu connais mon désir de te recevoir. Viens à moi dans le sacrement de ton Église tout entière et puisque rien n’est impossible à Dieu, apaise ma faim et donne-moi de te recevoir dans la rencontre du frère.
Amen !

engagez-vous
avec
hiver solidaire
 
3I7A8279_Yannick BOSCHAT_.jpg
NOTRE EGLISE
IPad Christophe 013.jpg
P1060265.JPG
ESPACE JEUNES