Nuit de prière

saint Joseph

vendredi 19 mars

Textes tirés de la tradition de l'Église et des saints Pères

1ère veille : vendredi 22h

 

« A la source des faveurs divines, à côté de la fille aînée du Très-Haut, de la Bénie entre les créatures, j’aime à voir, rayonnante de gloire, la figure de son royal époux. Près de Celui qui s’appelle la ‘splendeur de la lumière éternelle’, je salue avec transport son père adoptif, et je lui redis avec nos saints Livres : Celui qui a gardé son maître avec fidélité sera élevé en gloire […]. Le voilà paré de tous les charmes de la nature et de la grâce, comme un royal époux qui attend son épouse. Il donne sa main à Marie, et ne se séparera plus d’eux, en sorte que louer Joseph c’est louer Marie, comme louer Marie c’est louer Jésus pour lequel ont été faits Marie et Joseph ».

2ème veille : vendredi 23h

 

« Quelle dignité le Très-Haut réservait-il à Joseph ? Celle d’époux de la Vierge Immaculée, de la Reine du ciel et de la terre, de Père adoptif du Fils unique de Dieu et du Sauveur de l’humanité. Quelle est la mission de ce glorieux prédestiné ? Il doit garder la virginité de Marie et cacher sous le voile du mariage la divinité du Verbe incarné […]. Nul n’a respiré de plus près que Joseph le souffle de Jésus. Une âme, sur laquelle tombaient directement chaque jour les rayons du Soleil de justice, ne pouvait être exposée à perdre la bonté et la beauté divine ».

3ème veille : vendredi minuit

 

« Le nom de Joseph est comme un miroir où viennent se refléter les rayons de toutes les grandeurs de celui qui le porte. On ne le prononce pas sans songer aussitôt aux noms ineffables de Jésus et de Marie auxquels il est associé éternellement et dont il tire sa puissance et ses charmes. Il fait la vénération des anges, la gloire de l’Eglise et les délices des âmes pieuses. Sa louange est consignée dans l’Evangile où il est répété jusqu’à treize fois et où Joseph est honoré comme époux de Marie, et appelé père de Dieu ».

4ème veille : samedi 1h

 

« Tout ce qui peut être dit à la gloire de Joseph se trouve renfermé en substance dans ces paroles de saint Matthieu : Joseph, époux de Marie de laquelle est né Jésus, qui est appelé Christ. Assurer de Marie qu’elle est la mère de Dieu, c’est dépasser tout ce qui peut être dit sous le ciel, de même affirmer de Joseph qu’il est l’époux de la Vierge, Mère de Dieu, c’est l’élever au-dessus de toute louange […]. En gardant la virginité de Marie, Joseph partage la gloire de sa maternité. Jésus-Christ est la fleur qu’a poussée la virginité et le fruit qu’elle a produit. C’est elle qui a attiré Dieu du ciel sur la terre ».

5ème veille : samedi 2h

 

« Combien n’a pas été convenable le mariage de Joseph et de Marie ! Quoi de plus propre à confirmer notre foi en la virginale maternité, en la divinité de Jésus, que le témoignage même de celui à qui l’ange du Seigneur apparut en songe et dit : Joseph, fils de David, ne craignez pas de prendre avec vous Marie, votre épouse, car ce qui est en elle est l’ouvrage du Saint-Esprit. Nous avons pour témoin de la pureté de Marie son époux, qui aurait pu se plaindre de l’injure qui lui était faite, demander vengeance de l’opprobre qu’il avait reçu, s’il n’avait reconnu qu’il y avait là un mystère sacré ».

 

6ème veille : samedi 3h

 

« Toutes ses paroles, comme celles adressées à Marie à l’Annonciation, ne respirent que respect, amour, bienveillance, suavité. L’Ange s’approche de Joseph et lui dit : Joseph, fils de David, ne crains pas de garder avec toi, Marie, ton épouse. Appeler quelqu’un de son nom propre, c’est faire preuve d’une douce familiarité, d’une connaissance de vieille date, d’une confiance méritée, c’est, en quelque sorte, traiter d’égal à égal, d’ami à ami ; c’est témoigner aussi du respect et de l’amour qu’on attache au nom que l’on prononce ».

7ème veille : samedi 4h

« Joseph, fils de David. Fils de David !  n’est-ce pas dire : fils de celui à qui furent faites les promesses magnifiques dont tu vois la réalisation ; fils de David, non seulement par la noblesse du sang, mais plus encore par la noblesse de la vertu ; fils de David, homme selon le cœur de Dieu, moins que toi cependant à qui le ciel a confié ce qu’il a de plus cher ; fils de David, à qui le Seigneur révéla les secrets et les mystères de sa sagesse, secrets et mystères que je viens aujourd’hui te dévoiler autant qu’ils peuvent l’être ici-bas ? ».

 

8ème veille  : samedi 5h

 

« L’ange, en apparaissant à Joseph, ne rassura pas seulement son humilité, il ouvrit encore à son esprit un horizon plus lumineux : il le fit pénétrer plus avant dans les profondeurs du mystère de l’Incarnation, lui donna une plus haute idée des grandeurs de Marie, et, par suite, de la sublimité du ministère dont il était chargé. Dire à Joseph : Ne crains pas de garder Marie, ton épouse, car ce qui est en elle est du Saint-Esprit, c’était lui communiquer le secret ineffable de la génération temporelle du Fils de Dieu et lui révéler le mystère caché en Dieu de toute éternité ; c’était l’initier plus profondément au sublime mystère de l’incarnation. O Joseph, époux de Marie, comprends mieux encore maintenant la bonté de Dieu à ton égard et la sublimité de ta vocation ! »

 

9ème veille  : samedi 6h

 

« Quel moment pour Joseph ! quel mélange inexprimable de joies et de peines ! Quel ravissement et quels serrements de cœur ! Avec Marie et les anges invisibles, il est le premier témoin d’un spectacle qui étonne et charme le ciel, il contemple de ses yeux le Messie, le Désiré des nations, l’Envoyé des collines éternelles, le Verbe, le Fils bien-aimé du Père, la Lumière incréée, le Sauveur du monde revêtu d’une chair mortelle. Il peut le toucher de ses mains, le couvrir de ses baisers, le presser sur son cœur, respirer son souffle… Il reconnaît, il adore ses grandeurs infinies dans tout cet appareil de petitesse et de misère ».  

 

10ème veille  : samedi 7h

« Joseph ne demandait pas ses consolations à la terre. Il aimait le silence et l’obscurité, et il pouvait dire : J’ai fui au loin, et j’ai établi ma demeure dans la solitude ; solitude vivante, où Jésus et Marie lui tenaient lieu d’univers ! Douce retraite, où Dieu lui révélait chaque jour quelques nouveaux secrets de son cœur. Il se plaisait dans la pauvreté ; et le voilà qui a tout quitté pour suivre le pauvre des pauvres, Celui qui n’a pas où reposer sa tête. Il n’avait rien, et il possédait tout. Il gagnait à la sueur de son front, le pain de Celui à qui nous disons : Donnez-nous aujourd’hui notre pain de chaque jour. Il faisait ses délices du sacrifice ; et il pouvait s’associer aux souffrances de Jésus et de Marie ! C’est ma gloire d’être persécuté, exilé, misérable avec eux. C’est ma vie de manquer du nécessaire pour eux ».

 

11ème veille  : samedi 8h

 

« Rien ne contribue autant au bonheur de la famille que l’amour réciproque de ceux qui la composent. Or, où trouver un amour pareil à celui de Nazareth ? La terre n’en a pas eu qui en approche. C’est qu’il y a là trois cœurs, chefs-d’œuvre incomparables de la sagesse et de la bonté divines : Jésus, le foyer de l’amour, qui est venu en apporter la flamme sur la terre ; Maris, la ravisseuse des cœurs ; Joseph, le dépositaire des trésors célestes, le représentant du Père éternel, qui pouvait dire, lui aussi, en regardant l’Homme-Dieu : Celui-ci est mon Fils bien-aimé en qui j’ai mis toute mon affection ».

 

12ème veille  : samedi 9h

« Si le Dieu Sauveur a voulu pour satisfaire sa piété filiale, glorifier le corps aussi bien que l’âme de Marie, au jour de son Assomption, l’on peut et l’on doit croire pieusement qu’il n’a pas moins fait pour Joseph, si grand entre tous les saints ; qu’il l’a ressuscité glorieux le jour où, après s’être ressuscité lui-même, il en a tiré tant d’autres de la poussière du tombeau et qu’ainsi cette sainte Famille, qui avait été unie sur la terre par la communauté des souffrances et les liens du même amour, règne maintenant en corps et en âme dans la gloire des cieux ».

 

13ème veille  : samedi saint 10h

 

« O Joseph, qui n’avez jamais eu d’autre souci que de connaître et de suivre en tout la volonté de Dieu, obtenez-nous la grâce de la chercher toujours avec sincérité et d’y conformer généreusement notre vie ; O Joseph, modèle des époux, apprenez à ceux qui s’engagent dans les liens du mariage, à consulter avant tout la volonté de Dieu et à suivre les inspirations de la grâce dans leur choix et leur vie ; O Joseph, vous dont tous les pas ont été affermis dans le sentier de la justice, implorez pour nous les grâces de notre Sauveur et parlez pour nous au Médecin charitable, notre Seigneur Jésus-Christ, de guérir nos infirmités et de nous donner accès aux joies du ciel. Amen ».

1ère veille -
00:00 / 00:00
4ème veille -
00:00 / 00:00
7ème veille -
00:00 / 00:00
10ème veille -
00:00 / 00:00
13ème veille -
00:00 / 00:00
2ème veille -
00:00 / 00:00
5ème veille -
00:00 / 00:00
8ème veille -
00:00 / 00:00
11ème veille -
00:00 / 00:00
3ème veille -
00:00 / 00:00
6ème veille -
00:00 / 00:00
9ème veille -
00:00 / 00:00
12ème veille -
00:00 / 00:00