1/1

La participation aux messes dominicales célébrées dans cette église

  •     est soumise au respect des consignes sanitaires ici

dimanche 4 octobre 2020

Saint François d'Assise

année A

VOEUX

 

    La solennité de saint François d’Assise marque habituellement notre rentrée pastorale. Nous la vivons cette année dans les conditions particulières que chacun connaît. En ce début d’année, on a coutume de s’adresser des voeux.

Que pouvons-nous nous souhaiter, à chacun et en communauté ?

    J’ai envie de dire, tout d’abord et avant tout, la santé. La vie est fragile. Nous en faisons parfois l’expérience devant la mort d’un proche : « On est vraiment peu de chose » avons-nous coutume de dire alors. La santé - la vie - c’est le plus important que nous puissions nous souhaiter. Le Christ Jésus lui-même n’y a-t-il pas accordé une importance particulière, Lui qui « parcourait toutes les villes et tous les villages, (…) guérissant toute maladie et toute infirmité » (Mt 9, 35) ? Dans les circonstances que nous traversons, cela signifie également respecter les - pénibles - mesures pour limiter la propagation du virus, y compris dans notre église qui s’y prête si mal ! Il ne s’agit pas de se protéger des autres, mais au contraire de prendre soin d'eux. Tout ceci est en cohérence avec l’Evangile que nous avons pour mission de vivre et d’annoncer. Saint Paul écrit : « Que chacun de vous ne soit pas préoccupé de ses propres intérêts ; pensez aussi à ceux des autres. » (Ph 2, 4), et dans la Lettre aux Romains : « Aucun d’entre nous ne vit pour soi-même » (14, 7). Ainsi, que la tonalité particulière de cette fête de saint François cette année nous engage à davantage de solidarité entre nous et à l’égard de tous ceux qu’il nous est donné de rencontrer.  Notre attention portée aux autres, le soin que nous pouvons prendre à l’égard de tous, deviennent alors témoignage de l’Evangile que saint François a vécu jusqu’au bout.

P. Didier Duverne

                                    Curé 

Seigneur Jésus,

tu connais mon désir de te recevoir. Viens à moi dans le sacrement de ton Église tout entière et puisque rien n’est impossible à Dieu, apaise ma faim et donne-moi de te recevoir dans la rencontre du frère
Amen !

La participation aux messes dominicales célébrées dans cette église

  •     est soumise au respect des consignes sanitaires ici

engagez-vous
avec
hiver solidaire
 

En application du couvre-feu, les messes du samedi et du dimanche ordinairement célébrées à 18h30 le sont désormais à 16h30.

dimanche 23 janvier 2021

3ème dimanche du temps ordinaire

année B

C’étaient des pêcheurs…

 

 

    Qu’y a-t-il eu dans ce geste répété par Simon et André, « en train de jeter les filets dans la mer, car c’étaient des pêcheurs », que Jésus prend le temps de regarder ?

 

    Je me souviens d’avoir vu ce geste, fait par un pêcheur, sur le Nil. Il y a une telle adresse dans ce mouvement qu’il en devient séduisant. Plusieurs fois répété avec vivacité, il retient le poisson et atteint ainsi le but recherché.

 

    De même, Jésus voit « Jacques, fils de Zébédée, et son frère Jean, qui étaient dans la barque et réparaient les filets ». Là encore, Jésus peut reconnaître l’habileté avec laquelle ces hommes manient l’aiguille. Ces pêcheurs, qu’ils prennent du poisson ou qu’ils réparent leurs filets, sont compétents. Ils exercent leur métier avec adresse, et c’est peut-être ce qui persuade Jésus de les appeler à marcher à sa suite. S’ils deviendront des « pêcheurs d’hommes », ce n’est pas qu’ils devront changer de métier (on les voit pêcher après la Résurrection), ce n’est pas non plus qu’ils auraient à changer d’appât pour prendre autre chose que des poissons, c’est parce que Jésus aura su reconnaître leur compétence, et l’employer à l’annonce de l’Evangile et à la marche à sa suite.

 

    Ainsi le Christ Jésus nous appelle-t-il à vivre pleinement nos compétences, nos passions, nos métiers et, à travers eux, à nous laisser entraîner par lui à marcher à sa suite.

 

P. Didier Duverne

Curé 

Bioéthique janvier 2021 - instagram (1).

Prière dite chaque matin par le pape François

A tes pieds, ô mon Jésus, je m'incline et je t'offre le repentir de mon coeur contrit qui s'abîme dans son néant et Ta sainte présence. Je t'adore dans le Saint Sacrement de ton amour, désireux de te recevoir dans la pauvre demeure que mon coeur t'offre. En attente du bonheur de la communion sacramentelle, je veux te posséder en esprit. Viens à moi, ô mon Jésus, pour la vie et pour la mort. Que ton amour enflamme tout mon être, pour la vie et la mort. Je crois en toi, j'espère en toi, je t'aime.

Ainsi soit-il.

Seigneur Jésus,

tu connais mon désir de te recevoir. Viens à moi dans le sacrement de ton Église tout entière et puisque rien n’est impossible à Dieu, apaise ma faim et donne-moi de te recevoir dans la rencontre du frère.
Amen !

engagez-vous
avec
hiver solidaire
3I7A8279_Yannick BOSCHAT_.jpg
NOTRE EGLISE
IPad Christophe 013.jpg
P1060265.JPG
ESPACE JEUNES